The Beachcomber-Hotels website employs cookies to improve your user experience. We have updated our cookie policy to reflect changes in the law on cookies and tracking technologies used on websites. If you continue on this website, you will be providing your consent to our use of cookies.

Content Start

La Fête des Mères de Vanessa de Gersigny : Une occasion de plus de célébrer la famille à chaque instant

LES RESEAUX SOCIAUX

Vanessa de Gersigny, 36 ans, Marketing Coordination Manager au sein du Groupe Beachcomber, aime les surprises. Tous les ans, elle en a droit à une nouvelle à l’occasion de la fête des mères. Il faut dire qu’au sein de la famille de Gersigny, un véritable choix de vie préside au quotidien. Tout ce qui est entrepris l’est parce qu’il est jugé bon pour le corps, l’esprit et la planète. Les conditions idéales sont créées afin que l’esprit critique et l’imagination puissent croître comme les fleurs et les légumes. A l’occasion de la célébration de la fête des mères le dimanche 26 mai, faisons connaissance avec une femme, une épouse et une mère pas comme les autres.

Artisane de Beachcomber depuis douze ans, mariée et mère de trois enfants âgés de 11, 6 et 1 an, Vanessa de Gersigny jongle dans la vie de tous les jours avec les statistiques. C’est elle qui détermine la stratégie tarifaire du groupe Beachcomber et dynamise les tarifs à travers des offres spéciales. Elle analyse les statistiques du passé et fait les projections sur le futur. Elle détermine aussi l’orientation marketing du groupe en faisant la coordination avec les différents intervenants en fonction de la demande des marchés et des contraintes opérationnelles. Et qui plus est, elle assure le lien avec les services internes que sont le numérique, le contenu et les ventes.

Vanessa de Gersigny voit le jour à Maurice. Alors qu’elle est âgée d’un an, ses parents vont vivre sous d’autres cieux. Elle passera son enfance et son adolescence à l’île de La Réunion, dans le sud de la France et au Gabon avant de revenir vivre à Maurice à l’âge de 15 ans. Après le bac, elle entame des études de commerce à Toulouse pendant cinq ans. Son stage de fin d’étude la conduit à Sydney pendant six mois. Elle décide finalement de revenir vivre à Maurice en compagnie de son futur mari et d’y fonder une famille.

 

Photo credit: Julie Fleurié

 

Femme qui endosse des responsabilités sur le plan professionnel, mais aussi épouse et mère, si elle est parvenue à un équilibre entre ces deux pôles de l’existence, c’est grâce à une organisation sans faille. « Tout est une question d’organisation. Lorsque je suis au travail, je le suis à 200% et lorsque je suis à la maison, je suis maman à 200%. Le domaine professionnel ne devrait pas empiéter sur la vie de famille et inversement. Cette coupure est fondamentale pour un bon équilibre et pour l’épanouissement de tous les membres de la famille. Je ne pourrai me passer ni de l’un ni de l’autre aujourd’hui. Le travail est important pour l’épanouissement personnel : rester active, rencontrer des gens, avoir des challenges permet de continuer à apprendre. » Et être maman lui permet de « lâcher prise, de retourner en enfance, d’être insouciante ». S’il y a un dicton qu’elle aime bien, c’est celui-ci : « Il faut faire les choses avec sérieux mais ne pas se prendre au sérieux. »

 

« Le rire est primordial »

Vanessa de Gersigny réussit à concilier responsabilités professionnelles et responsabilités familiales car toute la famille porte ce choix de vivre autrement. « Cela se fait assez naturellement à partir du moment où tout le monde accepte de faire cette fameuse coupure. » C’est avec l’amour, l’humour et la patience en éclaireurs qu’elle joue son rôle de mère. « Le temps n’a pas de prix aujourd’hui. Accorder du temps à ceux qu’on aime est primordial. »

Elle a choisi aussi de « donner un espace de liberté aux enfants » afin de « leur apprendre à se débrouiller seuls ». Elle a appris à « être là pour eux, pour les aider à grandir et être heureux ». Sa botte secrète : les laisser s’ennuyer pour développer leur imagination, les laisser assumer leurs actes. Les guider mais les laisser tomber aussi pour mieux se relever. « Le monde dans lequel ils vivront ne sera pas simple et je souhaiterais leur donner un maximum d’outils pour les aider à savoir s’en sortir, être heureux et développer leur esprit critique. Au quotidien, tout cela se fait en toute simplicité, avec beaucoup de sourires et de rires. La place du rire est primordiale dans notre vie de famille. »

Les valeurs ne doivent pas être uniquement de belles notions abstraites. Elles doivent se vivre au quotidien. Parmi ces valeurs, l’entraide occupe une place importante. « Je ne pense pas qu’une mère doit se mettre au service de ses enfants. Elle doit être là pour eux mais ils ont également un rôle important à tenir dans la famille. Nous sommes tous là les uns pour les autres. Ils m’apprennent autant de choses que je leur apprends. » Si être mère c’est être guide, Vanessa de Gersigny ne conçoit pas ce rôle autrement que dans « une relation d’échange et de partage ». Sans réciprocité, la vie n’a pas de sens même si l’on s’y investit à 200%.

 

Photo credit: Melina Le Court

« Le temps n’a pas de prix aujourd’hui. Accorder du temps à ceux qu’on aime est primordial. »

 

Le monde a évolué de telle sorte que la société de consommation a étendu son règne dans toutes les directions. Les progrès réalisés dans les domaines de la technologie et des communications ont transformé la Terre en village global. L’instantanéité, Internet et le virtuel dictent leur loi. Vanessa de Gersigny est consciente qu’il faut protéger ses enfants des travers et des pièges que contiennent le progrès et le développement. C’est là qu’interviennent les choix de vie. « Les protéger, certainement, mais comment ? Nos enfants n’ont ni tablette, ni téléphone, ni jeux vidéo. Nous n’avons qu’un smartphone et une tablette pour toute la famille. Même nous, parents, évitons de nous en servir, à moins d’en avoir vraiment besoin. »

En revanche, au sein de la famille de Gersigny, on ne regarde pas à la dépense pour tout ce qui concerne les livres, les jeux de société et tout ce qui peut permettre de développer l’esprit critique et l’imagination des enfants. « Nous les laissons volontairement s’ennuyer et ils finissent toujours par trouver une occupation : jeux extérieurs, lecture, jeux de construction… »

 

Ensemble

Cette méthode leur inculque la notion de tout ce qui est sain : manger sain, boire sain, vivre sainement, proche de la nature, faire du sport. Elle les met au contact de ce qui est vrai. Elle permet d’établir des relations humaines véritables basées sur le respect et l’effort.

« Nous essayons effectivement d’inculquer à nos enfants un certain nombre de valeurs par rapport à ce qui est bon pour eux, tant physiquement qu’intellectuellement, et pour la planète. Cela passe effectivement par de nombreuses heures passées à l’extérieur à faire du sport, des jeux de plein air, des balades. Cela passe aussi par des heures de lecture volontaires et non forcées, des activités manuelles. »

Un mode de vie proche de l’écologie et de ses valeurs. « Totalement. Nous essayons au quotidien d’être le plus respectueux possible de la planète. Nous fabriquons certains de nos produits ménagers, nous veillons à ne pas acheter trop de produits emballés. Nous recyclons les quelques emballages dont nous ne pouvons nous passer et faisons en sorte de nous servir le moins possible de notre voiture. Le week-end, nous faisons nos courses d’appoint à vélo par exemple. »

Tous les matins, les jours ouvrables, chaque membre de la famille part de son côté, qui à l’école, qui au travail. La maison n’est plus alors qu’une coquille vide. Les retrouvailles l’après-midi célèbrent à nouveau la famille en lui accordant une place prioritaire. « Après une journée passée au travail ou à l’école, nous nous consacrons à notre vie de famille. Dépendant des jours, dépendant du climat, nous allons soit faire une balade à vélo ou à pied, nous faisons des jeux de société ou de construction, assis à même le sol afin que même notre petit dernier âgé d’un an puisse en profiter. Nous mangeons toujours tous ensemble depuis que les enfants sont petits et profitons de ce moment pour discuter de tout. Aucun sujet n’est tabou. Après le dîner, nous consacrons un moment à la lecture. »

 

Photo credit: Melina Le Court

 

Le week-end est réservé exclusivement à la famille et au sport. « Le week-end est consacré au sport et à la famille. Nous faisons en sorte de ne pas avoir de grosses courses à faire pendant le week-end afin d’éviter de passer des heures dans les supermarchés ou les magasins. Nous répartissons notre temps entre sport en famille - compétition ou non -, balade en nature, pique-nique et temps au calme. Chacun fait alors une activité de son choix, bricolage ou jardinage en famille, activités « art & craft ». Nous sommes des parents très cool mais en contrepartie, nous encourageons nos enfants à participer aux tâches ménagères ou autres, selon leur capacité bien entendu. »

Autre trait dominant de ce choix de vie : « Nous ne sommes jamais devant la télé et ne la regardons que deux fois par semaine. Cela se fait toujours en soirée et en famille. » Les après-midi et les soirées, les jours ouvrables, et les week-ends sont des espaces « sacrés et indispensables » dans une semaine de sept jours. 

Le dimanche 26 mai, jour de la fête des mères, sera l’occasion de célébrer toutes ces notions au sein de la famille de Vanessa de Gersigny. « Cela correspond, pour moi, à célébrer la famille et les moments privilégiés que l’on passe ensemble. » Elle ne sait pas encore de quoi sera faite cette journée. « J’aime les surprises et j’ai droit à quelque chose de différent tous les ans. Nous verrons bien. » Ce qui est certain c’est que chaque membre de la famille apportera sa pierre à l’édifice du bonheur en ce jour spécial.