The Beachcomber-Hotels website employs cookies to improve your user experience. We have updated our cookie policy to reflect changes in the law on cookies and tracking technologies used on websites. If you continue on this website, you will be providing your consent to our use of cookies.

Content Start

Chad Le Clos au Trou aux Biches Beachcomber : « J’ai encore beaucoup de choses à prouver »

LES RESEAUX SOCIAUX

Le Sud-Africain Chad Le Clos, champion olympique, du monde et du Commonwealth, était en vacances avec sa famille au Trou aux Biches Beachcomber Golf Resort & Spa au mois de mai.

 

Né d’un père mauricien, Chad Le Clos connaît très bien l’île. « J’avais 2 ou 3 ans lors de ma première visite et depuis, je viens aussi souvent que possible, surtout ces dernières années. Avec ma carrière, c’est évidemment très difficile, car je voyage beaucoup, mais depuis les Jeux Olympiques de 2012, je viens au moins une fois par an », indique la star de la natation sud-africaine.

« J’adore l’île pour plusieurs raisons. Il y a tellement de cultures et de cuisines différentes. J’ai toujours aimé la plage et je trouve que tout le monde ici est incroyablement gentil. Les gens sont très bienveillants et tout simplement gentils. »

Ayant grandi à Durban, et vivant actuellement à Cape Town, Chad Le Clos explique qu’il a « toujours naturellement adoré l’eau. En fait, mon père m’a appris à nager à un très jeune âge et je pense que j’ai toujours voulu faire de la natation, surtout en grandissant. J’avais 11 ou 12 ans lorsque j’ai décidé d’aller aux Jeux Olympiques un jour et c’est devenu une grande aspiration pour moi ».

 

 

Le champion olympique, du monde et du Commonwealth est très fier de ce qu’il a réalisé jusqu’ici. Pour lui, la médaille d’or au 200 m papillon remportée face au légendaire Michael Phelps aux Jeux de Londres de 2012 est certainement le point culminant de sa carrière. « C’était un sentiment incroyable, quasiment indescriptible. Michael Phelps était l’une des idoles de mon enfance et c’était surréaliste. De toute évidence, cela a été un grand moment pour moi, pour ma famille, pour tout mon entourage et je pense que c’est juste un rêve qui s’est réalisé. 

« Je n’ai que 26 ans et je pense que j’ai encore beaucoup de chose à prouver au monde et à moi-même. J’ai hâte d’être aux Jeux Olympiques de 2020. J’ai l’impression que ce sera le moment le plus important de ma carrière, et de ma vie peut-être. J’aimerais remporter cette médaille d’or qui m’a échappé en 2016 », confie Chad Le Clos.

Depuis tout récemment, il est également devenu le sportif le plus titré aux Jeux du Commonwealth avec un total de 17 médailles et un triplé inédit au 200 m papillon. « Je souhaite marquer l’histoire comme personne d’autre ne l’a fait auparavant. Je suis toujours motivé à poursuivre ma carrière. Je pense pouvoir faire mieux et éventuellement, obtenir de très bons résultats aux prochains Jeux du Commonwealth. Et bien sûr, il y a aussi les championnats du monde cette année. »

Chad Le Clos aurait rêvé jouer pour l’équipe de foot anglaise de Manchester United s’il n’avait pas choisi la natation. Il pratique également le surf dans son temps libres. « Les vagues de Durban et Cape Town sont excellentes pour le surf et j’aime bien passer du temps avec les amis et la famille. L’île Maurice convient donc parfaitement à mon mode de vie. »

Il a déjà commencé à planifier sa carrière après le sport. « J’ai lancé la Chad Le Clos Academy en Afrique du Sud. J’essaie de changer et de révolutionner la natation en Afrique du Sud et dans le monde. Avec l’expertise que j’ai acquise au fil des ans et avec le soutien de formidables entraîneurs et de quelques passionnés, nous réfléchissons à un programme qui pourrait profiter aux jeunes du pays et du monde entier », dit-il.

« Dans les prochains mois, j’envisage également de lancer le projet à Maurice, une île avec laquelle j’ai un lien très fort, car ma famille, mon père viennent d’ici. Je tiens à donner en retour à la communauté et je crois que c’est un excellent moyen de le faire. Ma carrière marche très bien pour l’instant, mais après les Jeux Olympiques de 2024, je vais certainement me concentrer davantage sur ce projet, qui m’emballe énormément ! »